inspireo-2

Inspireo, un prix pour inspirer les jeunes

Il faut saluer cette belle initiative qui a résisté au confinement et aux contraintes sanitaires imposées par le Covid-19. Le projet a été maintenu contre vents et marées. Il est né de l’association Inspireo, qui s’est mise au service des collèges et des lycées.
Un petit mot sur cette association qui a rencontré plus de 8000 jeunes au travers de ses multiples activités. Citons le Challenge Inspireo qui a permis à des adolescents de vivre en équipe l’expérience d’une journée dans une association solidaire, et de porter ainsi leur regard sur le rôle et l’importance de ce genre d’organisations. Un court film de cette expérience a été réalisé. Il faut le voir tant l’enthousiasme de ces jeunes fait chaud au coeur. Écoutez les paroles d’Anne, lycéenne de seconde et jurée, elles sont d’une belle maturité.

Un monde plus solidaire et durable

Inspireo a également mis en place des Ateliers qui promeuvent l’engagement en association et mettent en valeur les initiatives ou les actions citoyennes positives. Dernier né: le Prix Inspireo des lycéens: «C’est un prix littéraire unique dont l’objectif est de créer une rencontre entre les jeunes et des personnes engagées pour un monde plus solidaire et durable», affirment les organisateurs. L’objectif est de proposer des lectures de récits positifs, témoignages d’engagement pour inspirer les jeunes et leur donner le goût d’agir. À notre connaissance, ce prix littéraire est le premier du genre.
Le jury est composé de douze lycéens encadrés par des critiques et des journalistes littéraires. Pour cette édition, ce sont plus de 400 jeunes répartis au sein de 15 lycées en France et à l’étranger qui ont participé au prix.

Trois titres étaient en lice: Retour à Birkenau, de Ginette Kolinka et Marion Ruggieri (Grasset), le témoignage fort d’une survivante des camps, pour ne jamais oublier et toujours y croire ; Noire, la vie méconnue de Claudette Colvin, d’Emilie Plateau (Dargaud), un bel hommage à cette jeune adolescente qui s’est illustrée dans la lutte contre la ségrégation raciale aux États-Unis ; Moitié de Personne, de Diariata Coulibaly (Editions Baudelaire), avec une préface de Patrick Poivre d’Arvor, un exemple de courage face au handicap et de combat pour l’accès à l’éducation.
Les délibérations se sont tenues le 26 mai. Et c’est le récit de Diariata Coulibaly qui a ému le jury. Ce dernier a annoncé: «Nous sommes heureux de primer ce livre qui illustre un combat contre la ségrégation, la haine, le sexisme, et pour l’égalité des chances, le respect de la personne, l’optimisme.»

Après la proclamation, des échanges ont eu lieu entre la lauréate et les jeunes jurés. C’est dans l’esprit du prix. Ensuite, Diariata Coulibaly était toute heureuse d’entendre un message de félicitations envoyé par Nicolas Hulot et Valentine Goby, romancière à la plume délicate et sensible, elle-même ayant publié l’an passé Murène (Actes sud), un roman sur un handicapé, François, 22 ans, qui avait perdu ses bras dans un accident en 1956, Valentine Goby racontant les balbutiements du handisport.
Le Prix Inspireo a été remis cette sous le patronage de la Commission nationale française pour l’UNESCO.

Source : www.lefigaro.fr – Mohammed Aïssaoui

Partager l' article

Share on facebook
Share on twitter
Share on email